Quelques chiffres clés sur la cybersécurité des petites entreprises

Source : Veille ISM

Comment les PME font-elles face aux risques cyber ? En ont-elles conscience ? Comment s’en prémunissent-elles ? Sont-elles assez protégées ?
374 dirigeants de TPE et PME ont été interrogés sur leur sensibilité, leur intérêt et leurs actions en matière de cybersécurité dans leur entreprise.
(voir les résultats ci-joints)

Quelques définitions de techniques frauduleuses :

➢ L’hameçonnage (phishing en anglais) est une technique frauduleuse destinée à leurrer l’internaute  pour l’inciter à communiquer des données personnelles (comptes d’accès, mots de passe...) et/ou bancaires en se faisant passer pour un tiers de confiance. Il peut s’agir d’un faux message, SMS ou appel téléphonique de banques, de réseaux sociaux, d’opérateurs de téléphonie, de fournisseurs d’énergie, de sites de commerce en ligne, d’administrations, etc.

➢ Un rançongiciel (ransomware en anglais) est un logiciel malveillant qui bloque l’accès à l’ordinateur ou aux fichiers des victimes et qui leur réclame le paiement d’une rançon pour en obtenir à nouveau l’accès. Fréquemment, ils chiffrent les fichiers se trouvant sur l’ordinateur de la victime, voire sur des serveurs qui hébergent leurs fichiers.

➢ Un malware se dit de tout programme développé dans le but de nuire à ou au moyen d’un système informatique ou d’un réseau. Les virus ou les vers sont deux types de codes malveillants connus.

➢ La fraude au président consiste pour des escrocs à convaincre le collaborateur d'une entreprise d'effectuer en urgence un virement important à un tiers pour obéir à un prétendu ordre du dirigeant, sous prétexte d'une dette à régler, de provision de contrat ou autre.